16/09/2008

Chômeurs, n'ayez pas peur !

Vous n’avez rien à craindre.

 A partir du 1er octobre, vous pourrez être sanctionné si vous refusez un emploi convenable, selon les critères suivants :

- après 3 mois de chômage, l’emploi convenable est celui qui est compatible avec votre rémunération antérieure (soit 95% de celle-ci),  tout en restant dans la zone géographique que vous avez définie
- après 6 mois de chômage, la rémunération attendue passe à 85% avec des déplacements inférieurs à 2h00 par jour : avec adaptation (ndlr : on ne sait pas ce que ça veut dire) si vous êtes en ville ou à la campagne.
- après 12 mois de chômage, la rémunération doit être au minimum égale à votre allocation (avec des critères relatifs aux salaires de la région, et dans le respect du salaire minimum).

On est sur du velours, là !

D’ici à ce que vous soyez sanctionné pour avoir refusé successivement deux emplois définis comme convenables selon ces critères, vous avez le temps. 

L’ANPE ne propose pas d’emploi.
L'ANPE n'est pas votre intermédiaire auprès des entreprises et ne donnera pas le coup de pouce nécessaire pour que votre candidature soit prise en considération.
L’ANPE n’a pas les moyens techniques de mettre en regard les besoins des entreprises et les compétences des candidats.
L’ANPE n’a pas non plus les moyens techniques d’avoir une vision globale de l’offre et de la demande : elle agit dans son agence et ne sait pas ce qui se passe dans l’agence d’à côté.

En ce qui concerne ma petite personne, c’est encore mieux (façon de parler, quand même, parce que, en attendant, et bien que me démenant dans tous les sens, je ne trouve pas de boulot digne de ce nom – même pas en restant largement sous ces critères).

L’Assedic refuse de m’indemniser et, pire, de recevoir mon recours (-> voir ici).  Selon ses critères, il faudrait que j’aie travaillé encore 280 heures pour être indemnisée. Mais voilà, il y a un stût – comme on dit à Bruxelles.

Les transcriptions que je fais pour la boîte qui me missionne sont payées à l’heure de REUNION, et pas à l’heure de travail.

Exemple :

Ce mercredi, j’assiste au CA d’une caisse de sécu.  Il est prévu 3h30 de réunion,  Temps de déplacement, prise en charge et autres babioles, ma rémunération brute sera de 245,33€, soit, officiellement, 70,09€ bruts de l’heure (mais à peu près le SMIC en réalité).

Ce que l’Assedic ne veut pas entendre, c’est que si, officiellement, je travaille 3h30, j’ai derrière à peu près 3 jours pleins de travail pour mener la transcription à bien.

Tant pis.
L’Assedic me dit qu’il me manque 280 heures de travail pour être indemnisée ?
OK, si je n’ai que des missions de transcription, ça va me prendre un temps fou avant d’être indemnisée (heureusement, je me remue dans tous les sens, tous les jours, pour trouver autre chose) mais après, quel bonheur. 

Mon indemnisation, qui sera calculée sur mon salaire officiel, devrait approcher les 170€ par JOUR d’indemnisation. (multiplié par 30 ou 31 jours par mois, faites le compte !)

Et en attendant que l’ANPE soit en mesure de me proposer un job dont la rémunération soit dans les clous de leurs critères d’emploi convenable, y compris en termes de temps de déplacements quotidiens, j’serai à la retraite.

Ben oui, c’est comme ça. 

On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre, et le sourire de la crémière.
La crémière, elle ne rit pas : elle ricane.
La crémière n’attend pas non plus l’aide de l’ANPE.
La crémière, elle se bouge, elle se remue, elle se secoue ...
Et la crémière, elle n’est même pas indemnisée.

Alors, vous savez, ce qu’en pensent l’Assedic et l’ANPE, elle s’en tape !

Commentaires

Quand je dis que l'ANPE n'a pas le rôle qu'on lui prête, je sais ce que je dis ! Voilà le mail que je viens de recevoir à une candidature qui était à transmettre via l'ANPE :

BONJOUR,

VOTRE MESSAGE A ETE TRANSMIS A L'ANPE de ***

SI VOUS CANDIDATEZ SUR UNE OFFRE D'EMPLOI GEREE PAR NOTRE AGENCE,IL EST INUTILE DE NOUS CONTACTER PAR TELEPHONE ENSUITE. VOTRE OFFRE SERA TRANSMISE A L'EMPLOYEUR SI VOTRE PROFIL PROFESSIONNEL CORRESPOND A L'OFFRE. AUCUNE AUTRE REPONSE NE POURRA VOUS ETRE FAITE.

MERCI

Tiens ... pendant que je fais ce commentaire, un autre mail arrive. L'adresse mail qui a été communiquée par l'ANPE pour une autre candidature n'existe pas. Je la trouvais bizarre aussi, cette adresse, mais je n'avais rien d'autre comme info, alors, j'ai essayé !

ça donne vraiment envie de se remuer le popotin, vous ne trouvez pas ?

Écrit par : Lau, alias La Fred | 16/09/2008

Tout arrive ! "La queue d'no chat est bien venue". Expression d'un certain terroir.

Écrit par : Marie-Claire | 17/09/2008

Les commentaires sont fermés.