23/09/2008

Très très mal, Fred

Je l'savais qu'il m'avait gonflée, le prétendant au trône de l'Empereur du Japon et que j'avais mal fait la transcription des discours lénifiants dont ils m'ont rebattu les oreilles pendant presque deux heures.    C'était à celui qui sortirait le truc le plusse (*) mieusse dit, avec les phrases les plusses (*) tarabiscotées, allant même jusqu'à inventer des mots qui n'existent pas mais qui en jettent dans un discours quand on s'écoute parler.   

Et le retour de la correction de la boîte qui m'exploite est sans appel : coquilles à tous les étages.
Si je fais la même erreur 50 fois dans le texte, pour eux, c'est 50 fautes.
Moi, qui suis d'une nature positive, si je constate que quelqu'un fait 50 fois la même faute, je le félicite pour sa rigueur, sa logique et son bon sens.  En effet, il CROIT qu'un mot s'écrit d'une certaine manière, c'est une conviction bien ancrée, et il s'attache à coller à ses pensées les plus profondes.  Je trouve que ça mérite des éloges. (surtout si, en plus, le correcteur orthographique de Word est d'accord avec lui.) 

Naaan, je ne suis pas de mauvaise foi, mais "il ne faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette", comme dirait l'autre.

(*) et j'accorde "plus"", SI JE VEUX.
NA.

100 alargeur blog

17:58 Écrit par Lau dans C'est comme ça ! | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.