08/10/2008

Les camionneuses

Si, si ... UN camionneur, UNE camionneuse !
Rouler à moto et continuer à être une femme, c'est tout un programme.  Oui, je sais : le féminin de motard n'est pas camionneuse, mais j'en ai à ces femmes qui n'osent pas - ne veulent pas ? - être femmes sous prétexte qu'elles côtoient un monde plutôt masculin. 

Sans être du genre tailleur - bas de soie -escarpins, j'aime l'idée que je reste féminine même quand je roule à moto, et j'essaye de prendre un soin particulier à pouvoir ressembler à moi quand j'enlève veste -pantalon et casque de moto.  On peut parfaitement avoir un look un peu soigné, même en jeans et bottes de moto, sans pourtant en faire des tonnes, et tout en conservant un style un tant soit peu féminin lors des pauses. 

Le principe est le même sur le fait d'être une femme dans ce milieu des motards.
Il fût un temps où pour exister dans un monde d'hommes, il fallait jouer sur leur terrain, mais ce féminisme là est dépassé depuis longtemps  et certaines feraient bien de s'en souvenir.
Il est certainement plus facile (hum, ... c'est à voir ! ) de faire comme si on était un mec et d'essayer de se fondre dans le groupe en essayant de correspondre à ce que l'on imagine que les hommes attendent d'une motarde - fût-elle passagère - plutôt qu'en restant soi.
Je me souviens de la réflexion idiote d'une passagère qui me disait : "on va jouer sur leur terrain et leur renvoyer à eux le même genre de blagues graveleuses qu'ils nous envoient".
Je ne suis pas la dernière à pouvoir sortir un truc bien salé, je ne suis pas une oie blanche, mais je refuse de jouer au pseudo-mec pour prouver que j'existe. 
  
Moi, je reste moi, et je vais souvent jusqu'à forcer le trait féminin quand je suis en groupe "motards" : je réserve mes vieux ti-shirts informes aux moments cocooning à la maison et j'ôte aussi vite que possible les accessoires qui "font" moto.  Je veille aussi, dans le choix de mes équipements, à essayer de concilier protection, efficacité et allure.

Je ne relance pas sur les conversations de corps de garde, et si ça m'impose un peu de silence, je me porte bien de ne pas en rajouter pour exister en mode "moto". 

Je suis une femme.
Je roule à moto.
Je fréquente des motards. 
Les trois éléments ne sont pas incompatibles et m'apportent plus de bonheur que d'ennui.  Voire même, de la part de certains, une forme de "tendresse" (entre guillemets, notez-le), ou de curiosité, parce que je suis une des rares filles que je connaisse dans ce monde-là qui reste qui elle est.
Jusqu'à présent, je n'en ai pas rencontré beaucoup, et elles se reconnaîtront.       

En fait, c'est tout bénéf' : pour moi parce que je ne me renie pas, mais aussi pour les autres, parce que c'est une conception un peu différente du monde de la moto.

largeur blog

09:18 Écrit par Lau dans Ze moto | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.