17/12/2009

Reste Assis, t'Es Payé

Huitième jour de grève sur la ligne A du RER.
Motif : demande d'une prime mensuelle de 120 €.

Normal : quand le salaire brut de départ d'un conducteur de RER est de 2.200 € + 630 € de prime mensuelle, pour 32,5 heures de travail (et départ en retraite à 50 ans - 55 ans pour ceux qui ont commencé à bosser en 2008) on comprend la détresse de ces travailleurs pauvres qui triment comme des fous jusqu'à un âge avancé pour un salaire de misère.

L'argument de dire qu'il y a de plus en plus de voyageurs et que donc, le travail est plus pénible, tient tout à fait la route :  plus il y a de monde dans le train, plus c'est difficile de pédaler.
Tout le monde sait ça. 

Le service minimum est censé être assuré (1 train sur 2) aux heures de pointe : de 7h30 à 9h30 et de 16h30 à 19h30.
A l'heure où j'écris, alors qu'il devrait y avoir un train sur deux, le site de la RATP indique 1 train sur 5 en circulation.
Normal : on est en grève ou on ne l'est pas.
Je suppose aussi que, puisque le service minimum est officiellement en place, on ne jugera pas utile de rembourser la période d'abonnement concernée (105 € mensuels, quand même !).

Dans tout ça, il n'y a qu'une chose que je ne comprends pas : il paraît qu'ils font grève pour améliorer le service.
Peut-être qu'ils comptent nous ristourner sous forme de points fidélité une partie de leurs nombreux avantages ? 

Depuis jeudi dernier, nous partons à moto ensemble le matin.
L'Homme quitte l'autoroute pour me déposer à l'entrée d'une station de métro, m'aide à me déséquiper et repart.
Le soir, il me reprend à cette même station, m'aide à m'équiper et nous rentrons ensemble.
Aujourd'hui, c'est neige à gogo.  Impossible de partir à moto.
En voiture, ce n'est même pas la peine d'y penser : ce matin, à l'heure de pointe, il y avait 320 kilomètres de bouchons en Île de France.
Nous avons la chance de pouvoir travailler à la maison.
Demain, il faut quand même qu'on aille au bureau.
Neige à gogo, pas de moto.
En voiture, ce n'est même pas la peine d'y penser : la neige qui est tombée depuis ce matin est en cours de glaçage.
Reste la solution du RER.
Mais le RER A est en grève et le E, non seulement est loin de chez nous mais en plus, nous mène à mille milles de tout bureau habité.

Journée de galère demain, genre 5 heures de transports pour aller pousser son nez au bureau et repartir vite fait, histoire d'être rentrés avant Noël.


RATP, Reste Assis T'es Payé, tu n'as jamais aussi bien porté son nom !

001 100 alargeur blog

 

Commentaires

N'oublions pas Qu'en plus les voyageurs se permettent de râler quand il ne peuvent pas aller travailler ....
Non c'est vrai les conditions de [s]greve[/s] travail sont vraiment difficiles.

Écrit par : Joke | 17/12/2009

Vivifiant Dans une heure, départ à pieds pour près de 3 kilomètres, histoire de rejoindre une gare où ne ne sommes pas certains d'avoir un train.
La voiture reste à la maison : qui sait si, ce soir, nous ne serons pas obligés de prendre la ligne E et arriver tout à fait ailleurs ? S'il faut, en plus, se retaper la gare du A pour aller récupérer Titine ...
Pas de bus : ça glisse et les bus restent au dépôt.

Positivons : c'est vendredi et demain, ce soir, c'est le week-end.
Et nous, on a une maison confortable et de l'amour. Tout le monde ne peut pas en dire autant.

Écrit par : Lau | 18/12/2009

Les commentaires sont fermés.