10/10/2010

Les vraies valeurs qui comptent (c'est le cas de le dire !)

Jérôme Kerviel, ce trader de la Société Générale a donc été condamné en première instance à 3 ans de prison fermes et au remboursement des 4,9 milliards d'euros qu'il est censé avoir fait perdre à ladite Société Générale.
Dans le genre peine stupide et hypocrite, on a rarement fait plus fort ! 

Pendant deux ans, le Jérôme en question a forcé tous les contrôles des systèmes informatiques de la SG pour prendre des positions très risquées.
Et on voudrait essayer de nous faire croire que personne n'a rien vu à son manège et que la SG est une victime.
C'est bien essayé mais c'est raté : personne ne peut imaginer que le système informatique d'une banque d'une telle importance soit si mal fichu qu'on puisse le forcer pendant deux ans sans qu'aucune alerte ne se mette en place.  (Ou alors, Jérôme Kerviel est un génie du genre de ceux que l'on ne rencontre que tous les 3 ou 4 siècles, auquel cas il aurait fallu se le garder bien précieusement sous le coude).

Condamner quelqu'un à une peine aussi inepte pour des histoires de fric, ça en dit long sur les valeurs de nos sociétés dites évoluées quand on compare avec ce qu'on lit dans les rubriques "faits divers" des journaux : on est souvent moins lourdement condamné pour agression envers les faibles et les sans-grade que si on a osé s'en prendre au fric et au flouze des puissants.
Dans le genre, la condamnation de Thierry Muzelin -qui s'est auto-volé son fourgon de transports de fonds- est du même genre.

PS :
Mais je suis très rassurée sur le fait que si les positions risquées prises par Jérôme Kerviel avaient rapporté du fric, la SG aurait également porté plainte au nom de la morale, puisqu'on nous serine que c'est de cela dont il s'agit.
Tout 
le monde sait que les banques ont la moralité pour fonds de commerce

08:02 Écrit par Lau dans C'est comme ça ! | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.